© 2012 Tony Lewis  |  Terms of Use   |  Contact
Home
Turi Rensch 10 Ans - Un Hommage
19 Septembre, 1945 -  23 Juin, 2002
Dans la nuit du samedi 22 au dimanche 23 juin, en rentrant du concert de Tony Lewis & The Shooters au festival du Col-des-Roches,
le bassiste Turi Rensch a péri dans un tragique accident de la route.
Turi a joué pendant une quarantaine d'années dans nombre de bons groupes suisses. Je l'ai rencontré pour la première fois en 1994, quand il m'a rendu visite à ma maison en vue d'un éventuel engagement au sein des Shooters. Il a amené sa basse et nous avons jammé pendant une bonne heure. J'étais convaincu qu'il faisait l'affaire comme bassiste, mais j'ai été encore plus impressionné par sa personnalité, tellement positive et sans prétentions.
Il avait un des sourires les plus contagieux que j'aie jamais vu et un humour un peu sec et ironique qui vous arrêtait tout net. Je l'ai tout de suite engagé et il a rejoint le groupe au début de la saison 1995.
Depuis, il a toujours été à mes côtés pendant des centaines de concerts. Pas seulement en Suisse, mais également pendant de nombreuses tournées en France, Italie, Espagne, Autriche, Allemagne, Norvège et Suède. Il a aussi été mon partenaire dans plus d'une centaine d'apparitions en duo. C'était non seulement un excellent bassiste, mais également ma "seconde voix" pour les harmonies vocales.
Je n'ai jamais connu une personne avec une attitude aussi positive, serviable, généreuse et charitable. Et je doute avoir la chance d'en rencontrer une autre. Tous les gens qui ont connu Turi savent que c'est la vérité et pas seulement des mots gentils parcequ'il vient de disparaître...
S'il y avait quelque chose de l'équipement de scène qui soit tombé en panne, cela disparaissait et réapparaissait comme par miracle, réparé, pour le concert suivant. Turi m'avertissait délicatement qu'il fallait peut-être changer les pneus de mon camion et puis trouvait une adresse où les changer pour un quart de ce qu'il fallait payer normalement. Une fois je suis rentré des USA avec une grande banderole "Tony Lewis & The Shooters" et lors du concert suivant Turi nous avait construit un support métallique qui durera sûrement plus longtemps qu'aucun d'entre nous. Combien de fois Turi m'a dépanné pour une party privée ou
un petit concert, et même s'il n'y avait pas de budget...
Moi-même et probablement tous ceux qui ont eu la chance de le rencontrer, pourraient vous raconter de telles histoires sans fin. Si Turi disait "non" à quelqu'un, c'était parce que la chose était absolument impossible.
Avec Turi et mon ami et batteur Gianco Fucito, nous formions une vraie famille qui riait et se soutenait dans les bons et les mauvais moments. Ceci n'aurait probablement pas été possible sans l'influence calmante de Turi sur certaines personnalités bien volatiles. Il y a d'autres membres de cette famille: Giampiero Colombo, Susan Orús, Doris Ackermann, Lorenzo Trottmann, Lionel Wendling et Bernie Suter.
Une série de tristes tragédies, presque trop pour les assumer, nous a privés de deux autres membres importants de cette famille; le guitariste Tom Wilson et le steelguitar Helmut Schöni qui sont également partis très récemment. Au moins, la haut, Turi sera en bonne compagnie...
Turi n'était même pas obligé de venir ce samedi soir, au Col-des-Roches. Sa mère avait eu une attaque cardiaque la nuit précédente et était dans un état très critique. Il a néanmoins décidé qu'il ne laisserait tomber personne; ni le groupe, ni le promoteur ou l'audience et nous a joint pour le concert, tout en sachant que sa mère pouvait s'éteindre à chaque instant. Il avait décidé qu'il était important d'être présent et de jouer et qu'il retournerait aux côtés de sa mère sitôt après le concert.
Cette inquiétude était certainement l'une des raisons de ce terrible accident qui a eu lieu à 2 heures du matin sur l'autoroute entre Baden et Zurich. Il sentait peut-être qu'il fallait absolument se dépêcher. Sa mère est décédée deux heures plus tard, heureusement sans avoir appris l'accident mortel de son fils... Giampiero et Gianco, avec qui il revenait du concert, avaient insisté pour faire un détour de 14 km afin de le déposer au Restoroute où il avait garé sa voiture. Mais (typiquement du Turi), il n'a pas voulu les déranger et insisté que ce n'était pas un problème de traverser les voies à pied, ce qu'il l'avait fait "maintes et maintes fois déjà"".
Il y a beaucoup d'ironie autour de ce décès brutal:
- Nous avions des réservations d'hôtel pour la nuit après le concert, mais étant donné l'état de sa mère, Turi a voulu absolument rentrer - Il n'aurait jamais garé sa voiture à un endroit où il fallait traverser l'autoroute en pleine nuit, mais a choisi cet endroit parce que c'était le plus proche de l'hôpital où sa mère était mourante
- Un homme qui exerce une des professions les plus dangereuses (conducteur de grue) a l'habitude d'être prudent, mais qui pouvait prévoir qu'au moment où il traversait l'autoroute, surgirait une voiture de police banalisée qui se ruait à
180 km/h sur la voie de gauche, vers la scène d'un crime?
- Depuis l'ensevelissement du copain Shooter Tom Wilson en mai, il faisait souvent la même "blague macabre": "maintenant qu'ils ont Helmut et Tom au ciel, ils peuvent attendre un moment pour avoir un bassiste!"
- Et finalement, après des mois que nous n'avions pas joué sa chanson favorite dans
nos concerts, j'avais décidé de la remettre au programme ce soir là, en dernière position. Il était si heureux qu'en quittant la scène il a dit à Gianco qu'il avait l'impression que c'était son anniversaire... Le nom de la chanson est "Ain't Dead Yet" (Je ne suis pas encore mort!)….
Notre concert du Col-des-Roches était superbe. Nous étions tous très heureux de jouer ensemble dans un des derniers "grands" festivals qui existent dans ce pays et Turi était, comme d'habitude, de bonne humeur, plein de joie et d'humour. Il a très bien joué et lui et Giampiero ont fait de superbes accompagnements vocaux. Nous avons eu quelques moments de communion très drôles sur la scène, nous étions détendus et, je crois que nous jouions au mieux. Personne ne pouvait imaginer ce que Turi allait subir et il n'aurait jamais ennuyé les autres avec des problèmes personnels. Il était vraiment heureux de jouer avec nous ce soir là...
Il a, depuis si longtemps, fait partie de ma vie et de mon expression musicale qu'en ce moment, j'ai de la peine à imaginer retourner sur scène sans lui. Mais "the show must go on", comme doit être la devise de tout artiste, comme c'était le cas pour Turi. Nous allons honorer notre programme prévu pour cette année, en commençant avec un concert à Genève le 4 juillet. Imbi Gassmann, un fabuleux bassiste et ami de Turi a généreusement offert de le remplacer lors de cette occasion et je l'en remercie.
J'aimerais exprimer mes plus sincères condoléances à l'exemplaire épouse de Turi, Antoinette, et à leurs enfants Sonia, Angela, Christian et Patrick, ainsi qu'à Dölf Korner et aux autres collègues du "travail de jour" de Turi. Turi, tu étais profondement aimé pendant que étais parmi nous et tu nous manques plus que ces mots peuvent l'exprimer.
See you, old buddy.
Tony  (25 Juin, 2002)

Traduction: Lucia Bertelle